L'ASSURANCE PERTE D'EXPLOITATION : L'ASSURANCE VIE DE L'ENTREPRISE

19/09/2012
Des statistiques récentes révèlent que 43% des entreprises déposent leur bilan dans les 2 années après avoir subi un incendie important.

De manière évidente, après un grave sinistre, les capacités de production ou d'activité de l'entreprise se trouvent soit à l'arrêt total soit en réduction. Bref, le CA de l'entreprise est réduit à néant ou diminue fortement alors que les charges fixes continuent à courir. Comment y faire face alors qu'aucun revenu n'est généré ?

Des statistiques récentes révèlent que 43% des entreprises déposent leur bilan dans les 2 années après avoir subi un incendie important.

 

De manière évidente, après un grave sinistre, les capacités de production ou d’activité de l’entreprise se trouvent soit à l’arrêt total soit en réduction. Bref, le CA de l’entreprise est réduit à néant ou diminue fortement alors que les charges fixes continuent à courir. Comment y faire face alors qu’aucun revenu n’est généré ?

 

-       soit en s’endettant…mais en l’absence de revenu, aucun banquier ne voudra prendre de risques…

-       soit en utilisant les indemnités dommages payées par l’assureur…mais difficile dans ces conditions  de reconstituer l’outil…

 

La solution : souscrire une assurance perte d’exploitation après analyse minutieuse du risque. 

 

Analyse du risque à plusieurs niveaux :

 

-       Niveau commercial : perte de clients vers la concurrence, baisse de la qualité des produits et services, perte d’image de marque, perte de sous-traitants

 

-       Niveau financier : perte de liquidités, perte de rentabilité, de solvabilité

 

-       Niveau social : coût des employés, risque de perte d’ouvriers qualifiés ou « clés » de l’entreprise, démotivation, etc…

 

Une analyse bilantaire et du compte de résultat sera évidemment indispensable, mais les points relevés ci-dessus impliquent également une bonne connaissance de l’entreprise, de son marché, de ses process, du plan de cirse éventuel mis en place, etc…

 

Outre les conséquences d’un incendie, que peut-on couvrir ?

 

-       Tempête, grêle, dégâts des eaux, pression de la neige, etc…

-       Inaccessibilité au bâtiment consécutif à une décision administrative ou judiciaire

-       Carence de fournisseur lorsque celui-ci ne peut livrer parce que son entreprise a elle-même été frappée par un incendie.

-       Carence de client

 

Que couvre-t-on ?

 

-       Les frais fixes et le résultat d’exploitation dans la proportion de la réduction du CA

-       Les frais supplémentaires : ex. : frais de location de locaux provisoires, frais de location de machines, etc... ;

-       Les frais supplémentaires additionnels : ex. : frais de réalisation de travaux en sous-traitance, frais  de restitution d’images, etc…

 

 

Comment établir un contrat perte d’exploitation

 

-       Déterminer une période d’indemnisation : dépend du type d’activité (service ou manufacturier), de l’environnement (permis de bâtir, normes environnementales, etc.…)

-       Déterminer le montant à déclarer

o   Méthode par addition des frais fixes et résultat d’exploitation

o   Méthode par soustraction des frais variables sur le produit d’exploitation

o   Frais complémentaires

-       Garanties à couvrir

 

 

Vous l’aurez compris : à chaque activité correspond un besoin différent en matière de couverture de perte d’exploitation. La mission de votre courtier est de vous aider à réaliser une analyse de risque adaptée. 

 

 MAXEL peut vous aider ! Notre équipe est composée tant de juristes, que de techniciens ou encore de financiers qui ensemble vous aideront à trouver la solution adaptée à votre entreprise.

Retour